Sommaire

 

LINUX MANDRAKE 8.1

 

Ça y est elle est sortie, la nouvelle Mandrake 8.1... La version Power Pack propose 7 CD's, dont 2 de sources, 2 contenant des applications commerciales, et 3 CD's d'installation... Ces derniers étaient d'ailleurs dispo depuis quelques semaines en téléchargement, mais je ne l'avais pas encore testée. C'est chose faite, et je suis pas trop déçu dirons-nous. Une fois de plus, Mandrake propose une distribution complète comprenant le noyau 2.4.8, XFree86 4.1, des milliers d'applications. On retrouve pêle-mêle, StarOffice 5.2 bien sûr, plein de jeux-sympas-que- j'aime-bien, comme LBreakout et Chromium, des lecteurs multimédia MP3 et vidéo, moult librairies, dont la Qt 2.3, qui sert notamment pour la programmation d'applications graphiques sous KDE, les derniers compilateurs GCC 2.96 et 3.0, des outils de configuration comme HardDrake, DiskDrake, le Centre de Contrôle KDE, divers gestionnaires de paquetages comme Software Manager ou Kpackage, de nombreux outils réseaux (serveurs Apache et compagnie, les netools pour la configuration de votre réseau (ifconfig, netconf,...) des environnements de développement graphique comme KDevelop, les magnifiques logiciels de graphisme GIMP (mieux que l'onéreux Photoshop) et Blender 2.20, etc... Mon seul regret étant que j'ai dû installer à la main le Xanim pour pouvoir lire mes animations AVI issue de Blender :-(, car il n'est pas présent, alors qu'avec la LM 7.2, on avait Aktion, l'interface graphique de Xanim...

L'installation est comme d'habitude, relativement aisée, même pour le débutant. Le partionnement restant la partie délicate pour celui-ci, il pourra éventuellement se faire assister par un gourou local. Tout mon matos est bien reconnu : les chipsets Via, le graveur, l'Athlon, l'imprimante, et surtout mon nouveau disque dur IBM 40 Go, qui est automatiquement réglé en mode UDMA5, ce qui a pour effet de grandement améliorer les performances du système... Sinon, la partie où l'on nous demande une série de renseignements qu'on n'a pas forcément envie de donner, me paraît un peu abusée, et surtout, on peut l'esquiver en cliquant sur ANNULER. Autrement, j'ai eu la mauvaise surprise de constater qu'une vingtaines de paquetages n'étaient pas installés, le Supplementary CD (le 3ième) étant tout simplement corrompu. Je dois dire qu'il y a sûrement un bug au niveau de la presse à CD's de Mandrake, car une autre galette que j'ai testée était elle aussi daubée, mais un peu moins (une dizaine de paquetages irrécupérables seulement...). Et comme à l'accoutumée, le gars du support en ligne s'en sort, en me disant qu'il est nouveau...!? ( Et alors, rien à foutre !) Enfin bref, je vais pas les harceler pour 10 paquetages dont je n'ai pas l'utilité, mais y'a encore du boulot de ce côté-là... (ça la fout mal quand-même, ce genre de bordel...).

Le bureau KDE 2.2.1 est une réussite : plein de bureaux graphiques à disposition, moins de bugs dans Konqueror, bonne gestion des fenêtres... Les icônes présentes sur le bureau fonctionnent très bien, et ce sans utiliser le Supermount, avec lequel tout le monde a eu des déboires l'année passée. Autre truc sympa, on peut éteindre l'ordos directement depuis Xwindow, grâce aux 3 options : HALT, LOGOUT et REBOOT. Pour cela, un clic-droit, puis "Quitter l'environnement". Le manuel de référence est bien fait, puisqu'il résume une grosse partie des notions et des bases Linux. C'est pas le grand Livre bien sûr, mais il peut représenter un très bon premier contact avec Linux pour le curieux qui souhaiterait travailler sur un système solide.

Blender est installé, mais il a quelques problèmes pour redonner la main au bureau après avoir lancé un rendu. Pour corriger ce petit bug, il suffit de lancer dans un terminal : ./blender -w ou blender -w si votre variable d'environnement est bien configurée. Cette option -w va forcer Blender à s'ouvrir dans une fenêtre, ainsi que la fenêtre de rendu, et on a toujours accès à la barre des tâches...

Il y a d'autres petits bugs, comme l'affichage pas top-top de certaines polices, ou encore lorsque l'on configure le fond du/des bureau(x), parfois l'image n'apparaît qu'après avoir redémarré le serveur X. Mais on peut dire que globalement, la LM 8.1 reste un produit propre, stable, permettant de pratiquer le multitasking en utilisant au mieux la puissance de votre bécane... Moi, je ne me prend plus la tête : j'utilise un bureau pour travailler avec Blender, un autre pour gérer mes fichiers de rendu, un troisième pour le développement C, un autre pour expérimenter ce super langage interpréteur qu'est TCL/TK, etc... tout les dossiers restent ouverts, et je retrouve tout en même place au démarrage suivant. Faire ça sous Win98 relève du rêve : une simple disquette à vider de son contenu suffit à monopoliser toute la machine, et pas moyen d'ouvrir le moindre fichier ! Même leur Win XP de crotte, y'f'ra pas le poids je vous l'dis...

Nan, vraiment de plus en plus pratique et fonctionnelle cette Mandrake, y'en a même qui disent que Linux n'a jamais été aussi proche de Windows, ce qui n'est pas un compliment, et surtout ce qui n'est pas juste... Il faut savoir si Linux doit être connu, pour ensuite être reconnu comme le meilleur système professionnel ET grand public, ou si l'on doit rester à l'âge de pierre informatique, pour faire plaisir aux adeptes du mode texte et du sasfépu... Je crois qu'il y a de la place pour tout le monde, l'essentiel étant que chacun y trouve son compte, en utilisant des outils libres, puissant... et moins chers...

 

Sommaire

 

 


LINUX MANDRAKE 8.0

 

J'ai dégagé la page de la Mandrake 7.2 ici, car le temps de la version 8.0 est venu, avec son lot d'améliorations dont j'ai seulement entendu parler pour le moment. Le truc, c'est que je n'étais pas encore passé au noyau 2.4, pour cause de bugs et de "kernel panic" les quelques fois où j'ai tenté l'expérience. Sachant que les distrib' sortent rapidement dans les magazines, j'ai donc patienté (je m'étonne moi-même...). En fait, j'avais d'autres trucs à buller, notamment avec Blender, et avec le changement de matos qui a eu lieu au cours du mois écoulé : le résumé à Athlon Experience...

Enfin, j'ai récupéré les disques fournis dans le Hors-Série de Planète Linux, car ils ont de bonnes mises à jour, on s'en souvient tous lors de la sortie de la Mandrake 7.2... De plus, j'ai pas trop le goût de dépenser 400/500 balles là-dedans en ce moment, vu les frais que j'ai engagé pour l'upgrade de mon processeur/carte mère (faut faire des choix dans la vie...), et surtout qu'il y a des sorties de distrib' à chaque "grosse" mise à jour du noyau...

Je n'avais pas eu le temps de lire beaucoup de trucs sur cette version, mais je m'attendais à de nettes améliorations de l'ensemble, et je dois dire que pour l'instant, je ne suis pas déçu.

Le noyau propose de nombreux réglages, et peut être compilé pour le support des AMD Athlon, du Crusoe et du Pentium 4. Le support de l'USB est encore amélioré, ainsi que la prise en charge des chipset Via... Dès l'installation, il reconnaît les chip KT133A, 686B, ainsi que toute la RAM (256 Mo).  Les modes DMA et 32 bits sont activés dès le démarrage, plus besoin de /root/.kde/Autostart...

Graphiquement parlant, la prise en charge de l'accélération matérielle est vraiment au point avec XFree 4.0.3. Ce qui me permet pour le première fois de pouvoir jouer à Tux Racer sans saccades ni ralentissements... Le casse-brique LBreakout est génialement modifié, puisque les tableaux sont plus abordables, et il y a des options en plus (réduction/agrandissement de la raquette, accélération/ralentissement de la balle...). Enfin le Chromimum, le jeu de shoot'em up tourne lui aussi carrément mieux qu'avant. Nan, là y'a pas à dire, je pense que ça va cartonner niveau jeu sous Linux, très prochainement, et que l'on aura une augmentation des stations de type gamers, ces derniers voulant bénéficier de la stabilité et de la puissance de notre Pinguinistic System...

Le KDE 2.1 lui aussi est encore plus au point : plus fin, plus propre, plus fini que ses prédécesseurs, on a maintenant droit aux fenêtres avec des barres de progression en relief 3D par exemple, et autres icônes disposées sur le bureau. A noter la présence d'une nouveauté : le Software Manager, que personnellement je trouve mieux que les GnomeRpm et autres Kpackage pour  la gestion des paquetages. A noter aussi le gestionnaire de périphériques "à la Windows" , avec arborescence et tout le toutim, pour connaître les plages mémoires utilisées, ainsi que les ressources de vos périphériques (DVDROM, chipsets de la carte mère, carte graphique, etc...)

De plus, comme j'ai dû déjà le dire, tout mon nouveau matos (ABIT KT7A RAID et Athlon TBird 1000 Mhz) a été bien reconnu : les chipsets Via 686B et 8363 fonctionnaient avec la version LM7.2, mais n'était pas "explicitement" reconnus, alors qu'avec la LM8.0, c'est le cas. Tout semble tenir pour l'instant, le CPU étant overclocké à 1100 Mhz, avec un Front Side Bus de 133 Mhz (256 Mo en PC133). Le disque dur est nettement boosté lui aussi, ce qui donne une babasse suffisamment confortable pour travailler de la 3D avec Blender. En effet, j'ai fait tourné du calcul Blender plusieurs heures sans plantage.

Par contre, j'ai eu un ch'tit bug avec les chips de la carte son. Le chip ES1371 de ma SB 128 PCI est, comme à l'accoutumée, bien identifié, mais je pouvais pas toujours lancer le lecteur MP3 de KDE. Un lsmod bien placé me renseignait alors sur les modules chargés, et là surprise, je vois que les modules nécessaires au bon fonctionnement du son sont bien présents (soundcore, es1371), mais qu'il y a également un ac97_codec qui se ballade au milieu de ma liste. Il faut repréciser que la carte mère KT7A n'est pas censée avoir de chip audio, c'est donc très bizarre c't'affaire là ! Bref, il y avait donc conflit entre les deux, d'où merdouille... Cela provient du chipset Southbridge 686B, qui lui, ai-je lu quelques part sur le Net, est censé gérer le son justement. Toujours est-il qu'il m'a suffit de compiler mon noyau sans l'option "Support 686 audio codec", assurant ainsi la prise en charge du son par ma carte SB 128 PCI uniquement, pour que tout rentre dans l'ordre... Depuis, j'écoute mes CD préférés et des morceaux de MP3 sans aucun problème.

Sommaire