Sommaire

 

Les effets d'animation de Blender nécessitant une assez grande puissance de calcul, j'ai décidé il y a peu d'upgrader ma bécane, en installant un processeur plus puissant. Après mûre réflexion et prise de renseignements un peu partout, j'en suis arrivé à la conclusion qu'il me fallait un Athlon 1Ghz. En effet, même pour passer du PIII 500 Mhz à un PIII 900 Mhz, j'étais obligé de changer aussi la carte mère, pour des raisons d'incompatibilité de socket. Je m'apprêtai donc à passer le seuil psychologique des 1000 Mhz avec impatience...

Mon choix s'est porté sur les AMD Athlon, car ce sont des processeurs très véloces, qui chauffent un peu, mais qui s'overclockent bien (et oui, faut penser à l'avenir !). Le T-Bird 1 Ghz est doté des fonctions MMX, Exented MMX, 3D Now!, Extented 3D Now!, et n'a donc rien à envier au Pentium. Le prix a été lui aussi un argument très important : un Athlon 1 Ghz ne coûte que 1400 à 1600 Frs, tandis qu'un PIII 1 Ghz est à 2400 Frs... à ce niveau, plus d'hésitations, c'est l'Athlon T-Bird qui remporte mon adhésion. (Je ne parle même pas du PentiumIV, car on peut le dire, c'est de la merde pour ce qu'il coûte !).

Tout le problème étant alors de choisir une bonne carte mère pour gérer ce processeur. Justement, les nouvelles cartes à base de chipset Via KT133 et KT133A semblent les plus appropriées pour ce genre de calculateur. Je me renseigne donc sur les ABIT KT7, Asus et autres MSI, et j'opte pour la Abit KT7A RAID dont on dit qu'elle est très stable, et qu'elle offre de nombreux réglages. Elle propose également un FSB de 133/200 et 266 Mhz au max pour les échanges avec le processeur (à condition d'avoir un T-Bird supportant lui-même cette fréquence), le support de l'ATA100, support du RAID (2 connecteurs IDE en plus, soit en tout, la possibilité de brancher 8 périph. IDE !), 1 port AGP 2x/4x, 6 slots PCI... Au début je voulais la KT7A sans le RAID, mais il n'y en avait plus, et le revendeur a pris à sa charge la différence de prix entre les deux modèles. J'ai donc commandé la Abit KT7A RAID, en espérant qu'elle fonctionnerait bien sous Linux, et puis je me suis lancé en me disant qu'il y avait pas de raisons... à ce moment-là, j'avoue que j'imaginais quand-même le pire pour ce changement de carte mère, et j'allais pas être déçu...

Je passe donc le mercredi après-midi récupérer le matos : un Athlon T-Bird 1Ghz (FSB maxi=200 Mhz), une carte ABIT KT7A RAID et un big ventilo Neng TY pour me refroidir la bête. L'Athlon se monte en 30 secondes sur le socket 462, avec une ch'tite manette pour bien le bloquer. Là-dessus, on accroche le ventilo : il y a tout juste la place, ce qui est un petit défaut, car si on doit mettre un ventilo un peu plus gros, il faut pousser les condensateurs les plus proches, mais le tout tient quand-même bien dans le boîtier ATX.

Il faut faire gaffe lorsque l'on branche les connecteurs d'alimentation, des LEDS et power switches, car d'une carte mère à l'autre, l'emplacement des bornes + et - sont différents, il faut donc bien vérifier ces données sur les manuels des cartes, au risque d'avoir des problèmes de démarrage ou de mauvais clignotement des LEDS.

Les barettes de RAM s'enfichent bien, l'alim. ATX aussi, y'a plus qu'à lancer la machine.

Au premier boot, j'ai eu très peur, car en rentrant dans le Soft Menu III, qui permet de régler la fréquences du CPU, j'ai eu un bug de "sales caractères", qui s'est répété deux fois, puis plus rien (ça commence bien !).

Je règle le CPU à 1000 Mhz=1 Ghz= 10 x 100 Mhz de FSB (Front Side Bus). D'emblée, je peux constater la véracité des lectures que j'avaient eues avant : les réglages du BIOS sont très nombreux. On peux configurer plusieurs vitesses FSB/PCI, et en plus ajouter par pas de 1 Mhz de la vitesse au FSB, ce qui est génial pour les overclockers : au lieu d'avoir trois fréquences qui se battent en duel, on a vraiment beaucoup de possibilités. On peut aussi régler le voltage par pas de 0.025 V, les timings mémoires, etc...

Le premier bug que je remarque est un problème de reboot : quand je suis sous Win98 et que je fais "Arrêter", l'ordos semble stopper un peu trop rapidement, et lorsque je veux le rallumer en appuyant sur le power-on de la façade, il ne part pas. Il faut que je coupe le jus derrière, avec le bouton du boîtier d'alim., que je le remette, et alors seulement, je peux le rallumer...

Sur les conseils du revendeur, je réinstalle Win98, et là, j'ai une série de blocages et de freezes (gel, plantage, blocage, couille quoi !) très désagréables. Certains ont parlé sur les forums, d'un problème avec le chip Southbridge Via 686B (pour la gestion de l'IDE), du contrôleur RAID HighPoint HPT370 (une mise à jour de son pilote est sortie), de bugs de transfert au niveau de l'IDE, d'autres du KT133A... Ce qui est sûr, c'est qu'il y en a qui ont galéré : problème avec les cartes SB Live! , périphériques USB, etc...Ces bugs n'ont pas toujours été reportés par les tests effectués sur les sites hardware ainsi que dans les magazines : il m'a fallu tourner sur le web anglophone pour trouver des forums consacrés aux cartes ABIT KT7.

Les problèmes que j'ai personnellement rencontrés sont :

- Ce fameux bug du "Reboot" cité plus haut. (J'ai appliqué un patch de Krosoft, pompeusement nommé "Supplément relatif à l'arrêt de Win98SE", mais quedale n'y fait !). >> SOLUTION : j'ai chargé les "Fail-safe defaults" (réglages "minimum") dans le BIOS, et là surprise, plus de bug du reboot. Je compare donc chacun des réglages (et y'en a beaucoup !!) avec les réglages optimaux que j'avais fais, et je me rend compte que c'est dans le Soft Menu III que ça coince : en fait, on peut soit accepter la vitesse du CPU par défaut, ou soit se mettre sur "User Define" et faire ses propres réglages du FSB, PCI... Le mieux est de rester sur la vitesse par défaut, ou alors de se mettre sur "User Define", tout en évitant de toucher le coefficient multiplicateur du CPU (le laisser à 10). En réalité, ce coefficient est bloqué, et même en le mettant sur 5 ou 12, il reste à 10. Le simple fait de mettre ce coef. à 5, ou 8.5 par ex. provoque ce blocage lors d'un reboot....bizarre mais c'est comme ça ! Pour débloquer ce coef. mutliplicateur, et avoir ainsi la possibilité d'overclocker le processeur, il suffit de relier les pont L1 (petits "points" en vis-à-vis) sur le dessus du processeur, soit avec un crayon à encre conductrice, soit avec un crayon de papier (sa mine en graphite étant un très bon conducteur). On peut alors passer en FSB=133 Mhz par ex., et mettre le coef. sur 7.5 (7.5*133=997 Mhz pour le CPU). En fait, c'est bien ça : lorsque le coef. multiplicateur du processeur est débloqué, ce bug disparaît.

- bug avec le scanner Canon FB320P : alors qu'avant il fonctionnait très bien en mode ECP (mode le plus rapide sur le port parallèle, à régler dans le BIOS), dès que je le lance, il m'indique une erreur "0x10ff0800", que j'ai retrouvée sur des sites de hardware américains, et dont la résolution est très simple : passer en mode EPP1.7 ou EPP1.9. Il y a alors une perte de rapidité sur ce port, mais on n'a pas le choix. Ce bug ne doit pas être dû à la carte mère, puisque d'autres l'ont reporté avec des matériels différents.

- bug avec le logiciel Logitech WingMan (GamePad Extreme sur port USB) : plantage dès le démarrage. Je l'ai donc viré du démarrage automatique, puis plus de prob, et il fonctionne bien maintenant.

- Un bug de la souris lors de l'installation de Intellipoint pour avoir la mollette : ça marche, ça marche pas... Puis ça marche définitivement : il faut être tenace les amis, car c'est un peu le bordel de changer de carte mère, c'est normal, surtout sous Win98, qui on le sait, gére tout très mal !

Dès le départ, j'ai donc fais les mises à jour des pilotes de : la carte graphique ATI Rage Fury ; la carte mère avec le pack Via 4in1 4.28, puis le 4.29, puis le 4.30 et j'avais déjà flashé les Firmwares de mon DVD et de mon graveur. Enfin, j'ai flashé le BIOS avec la dernière version beta disponible : KT7_ZT.B01. Les gels d'écrans se sont arrêtés, et l'ensemble a l'air plutôt stable maintenant...

Les problèmes qui ont disparu (par rapport à mon ancienne configuration) :

- Mon imprimante, et ce à chaque fois que je la lançais, clignotait, gobait une feuille, et n'imprimait rien dessus... il fallait alors que j'appuie sur le bouton "Reprise" pour que la bête se calme et relâche le papier vierge...strange isn't it ?? Des fois elle marchait bien, et des fois pas. Je voudrais pas trop m'avancer, mais là, non seulement elle ne me fait plus le coup de calgon décrit ci-dessus, mais en plus, il me semble qu'elle a moins de bugs pendant l'impression.

- Quelques blocages (qui seraient) dûs à l'incompatibilité du chipset Via Appolo Pro et de mon graveur Yamaha (pas vraiment vérifié...)

 

Dans la pratique avec Win98

Il faut bien sûr ne pas paniquer face aux merdouilles, et la meilleure façon de vérifier que l'ordos tourne bien est encore de faire des tests. J'ai donc joué à TOCA2, mon jeu de bagnole fétiche (et aussi le seul que je possède...). Pas de bugs, ça tourne plutôt bien : bonne 3D, bon son (pas de bug dû à ma SB 128 PCI...). J'ai gravé quelques CD en copie à la volée : alors qu'avant, j'avais parfois des blocages, dûs au chipset Via m'avait-on dit, là, pas de blèmes !

L'Athlon T-Bird tourne pour le moment à FSB=100Mhz, mais il devrait tenir de 133 à 200 Mhz en théorie (183 Mhz maxi. je crois...). Je dis en théorie, car dans la pratique, on a des PC100 et PC133, et les réglages de la fréquence de la RAM sont de deux sortes : soit c'est la même fréquence que le FSB, soit on fait FSB+PCI, mais aucune possibilité de soustraire une fréquence comme certaines cartes le permettent. Apparemment, on peux déjà faire tourner de la PC100 à 110/120 Mhz, et la PC133 supporte elle aussi des fréquences supérieures aux fréq. nominales pour lesquelles elle a été faite. Mais cela n'est valable qu'avec de la RAM de très bonne qualité.

J'ai pas testé les fréquences 133 et plus pour l'instant. Je l'ai juste poussé à 1100 Mhz, avec FSB=110 Mhz, et ça tient bien, sans beaucoup d'échauffement, car j'utilise le logiciel Rain, qui permet de refroidir le processeur par voie logicielle (sous Win98), en le déchargeant de certaines commandes. Notez que sous Linux, cette "décharge" du processeur (et donc son refroidissement) est gérée directement par le système d'exploitation !

A savoir :

- si l'ordos ne démarre pas, vérifiez que vous n'avez pas bougé le CPU en installant le ventilo.

- si vous avez des problèmes de stabilité, augmentez un peu le voltage du CPU, et vérifiez que vous avez une alim. de 250 W au minimum (300 W recommandés par AMD).

- il est fortement conseillé d'utiliser des barettes de RAM de très bonne qualité (Cube Memory...), au risque d'avoir des problèmes. Il y a des réglages très utiles dans le BIOS pour augmenter les performances de la RAM : dans la section Soft Menu III, mettre les options "Enhance Chip Performance", "Force 4-way interleave" et "DRAM 4K-Page Mode" sur "ENABLED", et dans la section Advanced Chipset Features, mettre les "blanks DRAM Timing" sur "Turbo". On peut aussi forcer le CAS latency sur 2 au lieu de 3, ce qui n'était pas possible avec mon ancienne carte mère, qui me conseillait à chaque boot de me mettre sur un CAS 3. On peut dire que la mémoire (ce sont les mêmes barettes que j'ai gardées) est bien mieux gérée, pour preuve ce tableau résumant les performances en fonction des réglages effectués.

Ces tests ont été réalisés avec Sandra 2000. RAM=1*64Mo PC100 + 1*128Mo PC100=192 Mo PC100

Réglages effectués

CPU Memory Bandwitch en Mo/s

FPU Memory Bandwitch en Mo/s

Enhance Chip Performance sur ENABLED

322

338

idem+Force 4-way interleave sur ENABLED

398

421

idem+DRAM 4K-page mode sur ENABLED

397

426

idem avec FSB=105 Mhz (le bus mémoire tourne alors aussi à 105 Mhz sur la PC100)

419

448

idem avec FSB=110 Mhz

443

464

idem avec CAS sur 2

462

484

Les mêmes réglages optimisés, mais avec une barette de 256 Mo en PC133 (FSB=133 Mhz)

545

578

idem+ DRAM Bank Iinterleave sur le mode 4-way

580

631

Les résultats sont assez éloquents :

On remarque un gros bond des performances lorsque l'option Force4-way interleave est activée. C'est en effet un mode de fonctionnement de la RAM qui utilise un mode d'entrelacement des données pour optimiser les échanges. Si vos barettes ne le supportent pas, désactivez cette option, mais il faut au moins essayer ce réglage. Pour les autres, tentez-les un par un, et si votre matos ne le supporte pas, vous pouvez toujours revenir en arrière, en déchargeant le CMOS avec les cavaliers sur la carte mère.

On note aussi qu'avec l'augmentation du Front Side Bus de 100 Mhz à 105 (et à 110 Mhz), les barettes de RAM PC 100 Mhz supportent bien "l'overclock", et leurs performances sont alors boostées, ce qui n'était pas vraiment la cas avec mon ancienne carte mère. Là, les changements sont réelles, et on sent bien que la carte mère gère beaucoup mieux la mèmoire RAM. L'Athlon tourne alors à 1050 et 1100 Mhz sans broncher, et les échanges avec ses caches L1 et L2 sont eux aussi optimisés.

Enfin le passage du CAS 3 au CAS 2 pour le latency de la RAM, booste lui ausi les performances globales, lorsque la carte mère le permet bien entendu.

- On peut aussi régler le voltage du CPU : par défaut, il est à 1.75 V, mais on peut aller jusqu'à 1.85 V par pas de 0.025 V. Je l'ai mis à 1.80 V pour ne pas qu'il chauffe trop. En cas d'overclock, monter ce voltage à 1.85 V maxi pour plus de stabilité.

- A noter : les performances d'un PIII sont en dessous de celle d'un Athlon, pour une fréquence de 1 Ghz, d'après le logiciel de benchs (mesures, tests) Sandra 2001, que je viens de récupérer. En overclokant mon T-Bird à 1100 Ghz, je suis même au-desssus des performances du Pentium IV à 1.6 Ghz ! !

- Je viens de récupérer une barette de 256 Mo en PC133, et logiquement, les performances sont encore améliorées (lignes bleues du tableau ci-dessus). Le vendeur a voulu me faire croire qu'il ne me serait pas possible de faire tourner cette barette à 133 Mhz, car je n'avais pas pris un Athlon à 266 Mhz de fréquence interne (bus EV6), ce qui n'a apparemment rien à voir. De plus, il ne faut pas toucher au coefficient du processeur, sous peine de "plus de garantie", alors il faut me dire comment je peux balancer du 133 Mhz, sans que le proc. ne brûle à 1330 Mhz ! Bien sûr, j'étais déjà au courant qu'à l'aide d'un crayon de papier, on pouvait relier les ponts L1 du processeur, et débloquer ainsi son coef. mutliplicateur...il s'est bien gardé de m'en parler ce coquin. Mais attention, il se peut que le crayon ne contienne que trop peu de graphite conducteur, et j'ai lu sur un site qu'il valait mieux utiliser des crayons de type 5H (dur), car il pouvait arriver que ça ne fonctionne pas avec des 2H : c'est ce qui m'est arrivé la première fois que j'ai tenté la manip'... J'ai donc acheté un crayon de papier 6H, et j'ai refait la manip'. Goood, le coef. est débloqué. Je peux faire tourner mon processeur à la fréquence que je veux : 700, 800, 960, 997, 1100 Mhz, etc... Je mets un FSB=133 Mhz, un coef. de 8 (8*133=1060 Mhz) et DRAM frequency=Host CLK=133 Mhz, dans le BIOS. Le bug du reboot a définitivement disparu depuis, et la bête a l'air plutôt stable... Par contre, comme l'Athlon est un processeur qui chauffe pas mal, il est conseillé de mettre un assez bon ventilateur, si possible, accompagné d'un dissipateur de chaleur, avec une base cuivre, car c'est un peu mieux que l'alu... De plus, je vais faire des tests avec de la graisse silicone pour tenter de refroidir au maximum le CPU...

- Pour optimiser les bus PCI et l'AGP, on peut faire les réglages suivants dans le BIOS :

Dans Advanced Chipset Features : Fast Write sur Supported ; K7CLK_CTL Select sur Optimal ; PCI Master Pipeline Req sur Enabled ; P2C/C2P Concurrency sur Enabled ; AGP 4x si votre carte graphique tient ce mode, sinon ce sera 1x ou 2x ; AGP Driving Control sur Manual si vous pouvez pousser la force de contrôle AGP manuellement.

En bas de cette page, vous trouverez les tout derniers drivers Via 4in1 4.31, incluant le patch viapfd, ainsi que le dernier BIOS officiel KT7_ZT, à flasher en direct live...

 

Dans la pratique avec Linux

Avec tous ces bugs, tests et réglages à effectuer, je n'ai pas vraiment eu le temps de tourner sous Linux. J'ai quand-même testé évidemment...

Dès le premier démarrage, tout à l'air bien reconnu, même l'Athlon, alors que je boote sur un noyau compilé pour mon PIII.

Seuls les chipsets de la carte mère m'ont l'air mal reconnu, mais ça n'empêche pas le fonctionnement. Bien sûr, j'ai fais ce changement pour booster la vitesse de calcul de mes scènes sous Blender, j'ai donc ouvert une animation créée avec mon ancien PIII, et j'ai lancé le calcul : et ben mon gars, ça va vraiment plus vite ! C'est la vitesse de défilement des images calculées qui me l'indique : l'upgrade n'aura pas été vain (j'en ai eu pour 3100 balles, alors heureusement que ça marche !).

J'ai aussi testé la vitesse des lecteurs avec hdaprm. Il faut savoir que l'une des grandes innovations apportées par cette carte mère est le support de l'ATA100, même si c'est une norme récente et encore mal exploitée. Mon disque dur tourne en ATA66, et mon DVD-ROM en ATA33 : les performances annoncées sont plutôt bonnes. Vous trouverez dans le tableau ci-dessous les gains de perf. des lecteurs...

Carte mère QDI Via Appolo Pro plus

Timing buffer-cache reads en Mo/s

Timing buffered disk reads en Mo/s

Mode DMA désactivé

Disque Dur : 71.51

DVDROM : 75.74

DD : 5.19

DVDROM : 2.74

Mode DMA activé

DD : 73.56

DVDROM : 77.58

DD : 15.50

DVDROM : 2.73

Carte mère ABIT KT7A RAID, mode DMA activé

DD : 170

DVDROM : 180

DD : 23

DVDROM : 2.45

Ces tests ont été effectués avec la commande : hdparm -tT /dev/hda /dev/hdc (insérer un CD pour /dev/hdc).

On voit nettement la différence lorsque le DMA est activé, surtout au niveau du disque dur pour le Timing Buffered disk reads, qui va 3 fois plus vite.

Par contre, les performances réalisées avec la ABIT KT7A RAID sont carrément boostées, à se demander si je tournais en ATA66 avant...

En conclusion, je dirais que ce genre de changement est bien sûr à conseiller quand vous souhaiter upgrader votre bécane, mais il faut être sûr de pouvoir effectuer les opérations "physiques" dans un premier temps, et il faut bien connaître son matériel ainsi que les réglages à effectuer. Il ne faut surtout jamais s'attendre à ce que tout marche immédiatement, comme ça si c'est la cas, ce sera une bonne surprise pour vous... mais c'est très rare d'avoir 0 problème, le tout étant de savoir comment y remédier.

Je savais tout ça avant, car je m'étais renseigné, et j'avais lu des trucs concernants les problèmes rencontrés par les utilisateurs. Je me doutais que la carte mère serait des plus capricieuses à configurer, mais une fois ce boulot fait, elle est d'une stabilité et d'une puissance, que seuls les mecs qui n'ont pas réussi à la faire marcher mettent en doute... J'ai foncé et je pense que j'ai eu raison, car le matos est solide, puissant et de bonne facture. L'Athlon "speede" bien, sachant que je ne l'ai pas encore poussé dans ses derniers retranchements. La carte mère est stable, et elle gère beaucoup mieux mon matériel : ATA66, mémoire vive, possibilité de régler plusieurs FSB/PCI, le voltage, les IRQ, les optimisations des chipsets... Non c'est sûr, j'ai un peu galéré, mais je suis assez content de mon acquisition. Maintenant, je vais voir ce que ça donne à l'usage, et je vous tiendrai au courant...

 

Refroidissement

Juin 2001 : Après un petit mois de pratique, ça semble tenir la route. Je me suis concentré sur les problèmes d'échauffement, ou plutôt de refroidissement de mon CPU. En effet, à 1000 Mhz et plus, il ne faut pas s'étonner ni paniquer, comme le font ceratins sur les forums de matos, si les mesures de températures indiquent des valeurs de l'ordre de 50-55°C. En fait, l'Athlon peut tenir jusqu'à 95°C nous dit-on, mais bien sûr, à cette température, il ne faut pas compter avoir une bécane stable. Tout le problème pour l'utilisateur, et surtout pour les overclockers et autres power users, c'est de maintenir le CPU à une température "raisonnable" de 40 à 60 °C dirons-nous...

Le processeur monte en température car :

- il est soumis à une tension électrique (ici environ 1.8 V), ce qui le fait chauffer évidemment. Si l'on overclocke sa bête, il est conseillé, pour des raisons de stabilité, d'augmenter le voltage, et donc la température.

- plus sa fréquence de fonctionnement est élevée par rapport à sa fréquence nominale définie en usine, plus il chauffe. En l'overclokant, on va fatalement augmenter sa température. A l'inverse, vous pouvez faire tourner votre Athlon 1000 Mhz à 800 ou 900 Mhz, et sa température baissera.

- s'il est mal refroidi, il s'échauffe beaucoup plus vite. Sur ce dernier point seulement, on peut lutter. En effet, si l'augmentation de la fréquence et du voltage fait grimper la température, il suffit d'avoir un sytème de refroidissement "minimum" pour pallier à ce problème. En général, le système utilisé est composé d'un dissipateur (parallélépipède en alu ou en cuivre, dans lequel il y a des petites ailettes favorisant l'échappement de la chaleur), et d'un ventilateur chargé d'extraire la chaleur vers l'extérieur. Il faut juste savoir qu'un dissipateur à base cuivre est mieux qu'un base aluminium, pour des raisons de conductivité thermique. Ce n'est pas la peine d'acheter un super ventilateur+dissipateur Global Win ou autre, qui coûtent souvent de 450 à plus de 600 Frs. A moins que vous ne boostiez un Duron 800 Mhz à plus de 1200 Mhz, vous n'aurez pas non plus besoin d'investir dans des systèmes de Water-Cooling, qui comme vous l'avez compris, refroidissent le CPU avec un circuit d'eau : très cher, très chiant parfois à cause des phénomènes de condensation, et il faut le dire très efficace. Perso, j'ai juste un ventilo+dissipateur Neng TY, à base cuivre (250 balles), et le CPU est toujours entre 30 et 55 °C (en pleine charge, les 55°C).

J'ai quand-même voulu tester deux façons d'aider au refroidissement du CPU : la graisse silicone (NoName) et la pâte thermique (Arctic SilverII). La première peut se trouver dans une droguerie au rayon "vago" ou "robinetterie" de votre supermarket favori, et coûte entre 20 et 30 balles le tube. La seconde se trouve dans les magasins spécialisés en électronique, ou sur les sites de vente en ligne, au prix record de 80 balles les 3 ml ! Le principe est simple : une fine couche de produit est déposée entre la partie centrale du proc' et la base du dissipateur, dans le but de favoriser le transfert de chaleur du bas vers le haut, par le contact. En effet, si on laisse le proc avec le dissipateur simplement "posé" dessus, il y a en fait un espace rempli d'air entre les deux, ce qui créé une isolation thermique du CPU, qui va cramer sur place... La pâte (ou la graisse) facilite ce transfert de la chaleur, qui est évacuée vers l'extérieur par le couple ventilateur+dissipateur. Les manips' doivent évidemment être réalisées dans le calme et la concentration, car c'est assez fin. Avant toute chose, on se décharge de l'électricité statique en frottant ses mains sur le boîtier. On démonte le ventilo (assez chiant au début : il faut trouver le coup, et surtout s'aider d'un tournevis ou un truc suffisamment costaud pour tirer sur la patte du ventilo, mais ça va). On retire le processeur du soket A, et on nettoie sa surface centrale, qui est théoriquement enduite d'une pâte résiduelle provenant du ventilo ; en fait, c'est un pad thermique collé sur le dessous du ventilo à la fabrication : de la daube qui pue, de plus ou moins bonne qualité selon son type (pad Berquist à changement de phase ou autre chewing-gum rose...). Enfin, à ce stade, on est obligé de bien gratter le dessous du ventilo, et le core du processeur, car ces deux surfaces ne sont pas parfaitement lisses, et la pâte thermique va "combler" les vides, come dit plus haut. Attention, surtout ne pas prendre un truc en métal pour faire ça, prenez un cure-dents en plastique ou autre chose qui n'agressera pas le processeur. Là, les choses deviennent un peu plus pointues : il va falloir étaler le plus parfaitement, et le plus finement possible la graisse ou la pâte, et pour cela, le top, c'est d'utiliser une lame de rasoir ou de cutter. On dépose une goutte de produit, et on l'étale bien sur toute la partie centrale du processeur. Veillez à ne pas trop en mettre, sans quoi vous obtiendrez l'effet inverse de celui recherché : une trop grosse épaisseur de produit entre le proc' et la base du dissipateur conduirait aussi à une isolation thermique du CPU, et à un suréchauffement dangereux pour sa santé... Il faut alors replacer le CPU sur le socket, puis fixer le ventilo en appuyant bien pour que le contact soit total (on le fait tourner légèrement), et surtout pour qu'il n'y ait pas de bulle d'air, qui provoqueraient elles aussi un échauffement dangereux. Mais bon, vous êtes grand et si on se sent pas, on le fait pas. D'autant plus que le gain de température n'est pas souvent celui escompté au départ.

En ce qui me concerne, j'ai eu une baisse de 3 à 5 °C avec la pâte Arctic SilverII, qui vaut 80 balles tout de même (composé contenant de l'argent (symbole chimisque Ag). Je vous dirai combien de fois elle m'aura servi, une fois le tube fini. Pour la graisse thermique, la baisse est sensiblement inférieur : c'est quasi kif-kif c'thistoire-là ! J'ai laissé le voltage à 1.825 V au lieu du 1.850 V conseillé (réglable dans le BIOS de la KT7A, un vrai délice cette carte mère, je vous le dis...).

J'ai réalisé des tests de stabilité avec le Stabilty Test (logiciel qui fait calculer le processeur en mode normal ou hardcore, pendant des heures (12 heures d'affilée au maximum !), pour tester sa stabilité en rapportant les erreurs de calculs s'il y en a...), et ce dans le but de le faire chauffer, et de mesurer les changements de température avec le Via Hardware Monitor, fourni avec la carte mère, et je peux vous dire que mon proc' montait facilement à 59 °C en une dizaine de minutes. La graisse m'a fait baisser la température maxi de 2-3 °C à peine, et la pâte thermique de 3-4 °C. Bien sûr, je n'ai pas assez poussé l'expérience dans le temps, mais ça doit se valoir en fait. De plus, dans des conditions d'utilisation dites normales, il ne dépasse pas les 50 °C (sauf cet été peut-être...). Enfin, il faut savoir que certains programmes chargés de vous transmettre les valeurs des capteurs de chaleur (placés sous le processeur et au "milieu" de la carte mère en généra), renvoient des valeurs erronées. On parle souvent de gros décalage entre la température donnée par le BIOS, et celles données par les prog' sous Win, comme MotherBoard Monitor ou autre. Perso, je pense que Via Hardware Monitor est assez proche de la réalité, et même s'il y a un petit décalage, ce qui compte en fait, c'est d'observer l'évolution des variations de la température en fonction de la charge de travail du CPU : on ne peut avoir des à-coups du style passer de 35 à 70 °C en quelques secondes seulement...

Ce qui m'a étonné, c'est la baisse de température que j'ai obtenue, quand j'ai arrêté d'utiliser le Rain, vous savez, ce logiciel permettant de refroidir le CPU par voie logiciel (il y a aussi CPUIdle). Nan sérieusement... J'ai réalisé mes tests (tests de stabilité, puis ordos au repos sans rien faire...) en virant le Rain donc, et là, grosse surprise : une importante baisse de la temp du CPU : 7-8 °C de moins en temp maxi.... J'en reviens toujours pas ! Alors qu'il est censé maintenir le CPU à une temp correcte, en le déchargeant de certaines commandes inutilisées, en fait ce con-là me l'échauffe littéralement ! Pour vous dire, j'ai posé la main sur le dissipateur tellement j'y croyais pas, et lorsque le Rain n'est pas activé, l'expérience le prouve, il reste tiède, alors qu'en l'activant, je sens le vraiment monter en température ! Que dire ? Et bien je l'ai dégagé, et je proscris maintenant l'usage de tels softs ( même le récent CPUCool, qui fait guère mieux que les autres (et payant en plus, la petite camelotte...)).

Le seul vrai bon moyen de refroidir son proc' est d'utiliser un système minimum (AMD a même fait ses recommandations pour certains ventilo, certaines alimentations...) composé donc d'un dissipateur/radiateur+ventilo, accompagné de graisse silicone (la pâte thermique étant trop cher pour le résultat obtenu...). Vous pouvez laisser votre boîtier ouvert, ce qui crée une circulation d'air "chaotique", mais qui permet à l'air chaud de ne pas stagner près du proc', et conduit à une baisse de la température. En ajoutant un ventilateur (par exemple un simple ventilo de boîtier (8cmx8cm) à 30 balles) au dessus de la base du socket, pour lui souffler de l'air frais dessus, vous obtenez une baisse de 2 à 4 °C supplémentaire.

L'Athlon tient bien la montée en chaleur, et c'est pour cela que c'est un processeur qui a beaucoup marché auprès des power users. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter s'il monte à 60 °C en plein été... De plus, les premiers gros calculs de radiosité sous Blender (calculs sollicitant beaucoup le proc'), semblent indiquer que mon système est stable, même après 5 à 6 heures d'utilisation intense.

 

Rentrée 2001...

Après un été de pratique de l'Athlon T-Bird et de la KT7A RAID, j'ai encore du nouveau. Certaines séries de processeurs fabriqués à Dresde en Allemagne, ont été conçus pour tenir des fréquences bien supérieures à leur fréquence nominale, définie en usine. Cela concerne les AMD Athlon dont le numéro de série est du type AXIAxxxx. Si vous avez un AXIAxxx donc, défini à 1000 Mhz, il peut monter à 1450 Mhz dans la réalité. Non, vous avez bien lu : 1450 Mhz soit presque 50% de puissance en plus, pour gratis. Mais si comme moi, vous avez un AXIARxxx, il peut aller jusqu'à 1550 Mhz ! (là les 50% en plus sont dépassés) Dès que j'ai appris ça, j'ai évidemment fait des tests, et là surprise, une stabilité étonnante à 1480 Mhz (au lieu des 1000 Mhz prévus...!). Je n'ai pas poussé au 1550 Mhz annoncés, mais je pense que ça tient... Inutile de dire qu'à cette vitesse, les calculs, mais aussi les échanges de données entre les différentes parties de l'ordos (RAM/processeur/busPCI etc...) sont grandement améliorés. Il faut cependant être sûr d'avoir du matos qui tient le choc un minimum, car selon votre carte mère, vous pourrez ou non régler les bus PCI ou mémoire par exemple, ce qui est un plus lors d'un overclock. En effet, si votre dernière carte PCI ne supporte pas des vitesses d'échange de 38 à 40 Mhz, ou que votre carte mère bloque à 35 Mhz au niveau PCI, il risque d'y avoir de l'instabilité dans l'air... car augmenter le Front Side Bus pour overlcoker le proc' fait aussi augmenter les autres bus. D'où l'intérêt d'une carte mère ermettant de désynchroniser le FSB et la fréquence de la RAM, ou de disposer de plusieurs réglages de vitesses dans le BIOS.

De plus, j'ai testé la pâte Compound, que l'on trouve chez les garagistes (je n'ai pas le prix, mais je crois que c'est assez cher...), et là re-surprise : je gagne 3 à 5 °C par rapport à la graisse thermique ou la pâte Artic Silver. Même (et surtout) en conditions d'overclock, le proc' chauffe relativement peu (un peu plus de 60 °C). Enfin sachez que si vous souhaitez investir dans un Athlon, AMD sort une série estampillée AHYAJ (ou un truc dans le genre), à 1,3 Ghz, qui semble tenir jusqu'à 1,7/1,8 Ghz. Avec l'argument du prix qui ne cesse de chuter, je le recommande à tous les "powers users" de type graphistes, Sound System, etc... Bien sûr, pour de tels overclocks, il faut penser à assurer côté refroidissement, même si AMD réalise ses procs' en cuivre (core de couleur bleutée contre un vert pour l'alu...), et qu'ils chauffent un peu moins. Pour vous dire, même les techniciens de chez Intel ont opté pour ces processeurs ! Nan c'est une blague, mais ils pourraient ces coquins, car l'expérimentation le prouve, les proc' AMD Athlon sont beaucoup plus véloces que leur daube de P4, pour un prix de plus en plus bas, il faut le rappeler... avec de telles possibilités d'overclocking, y'a pas photo, comme disent les blaireaux...

Ici, les mises à jour que j'ai utilisées pour la carte mère (pilotes et BIOS) :

Drivers 4in1 4.40 [version officielle]

Bios KT7_7N [officiel]

Sommaire